Site français  Site anglais

Ours brun (Ursus arctos)

Données du document
Structure(s) autrice(s)
Office français de la biodiversité - OFB
Éditeur(s)
Office français de la biodiversité - OFB
Date d'édition
Type
Fiche espèce
Statut de l'espèce
Espèce évaluée
Espèce menacée
Espèce protégée
Espèce réglementée
Contenu
Fiche d'identité

Nom

  • Latin : Ursus arctos
  • Anglais : Brown bear

Classification : Mammifères / Carnivores / Ursidés

Caractéristiques

  • Espèce sédentaire
  • Rare, en régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine
  • Occupe les massifs forestiers des étages montagnards et subalpins

Statut de conservation

Liste rouge UICN

  • Liste mondiale 2017: préoccupation mineure (LC)
  • Liste européenne 2018 : préoccupation mineure (LC)
  • Liste française 2017: en danger critique d’extinction (CR)

Rapportage Directive Habitat 2019

  • État de conservation : défavorable inadéquate
  • Tendance générale : en amélioration

Statut réglementaire : espèce protégée

 

Morphologie
Femelle adulte - appareil automatique, Ariège (Équipe Ours/ONCFS)
Femelle adulte - appareil automatique, Ariège (OFB)

 

Poids

  • Ourson à la naissance : 0,4 kg    
  • Mâle adulte : 150-270 kg
  • Femelle adulte : 70-130 kg


Pelage : brun avec des nuances allant du fauve clair au noir.
Une mue par an : juillet-août


Distinction de sexe

Fort dimorphisme sexuel mais distinction très difficile sans repère de taille :

  • mâle : environ 1 m au garrot,
  • femelle : environ 0,85 m au garrot.
    Ours brun subadulte - appareil automatique en Ariege - ONCFS Equipe Ours
    Ours subadulte - appareil automatique, Ariège (OFB)

Mâle souvent plus foncé.


Distinction d'âge

Jeunes/adultes : les jeunes sont plus haut sur pattes, la silhouette est plus fine.
Appellation :

  • ourson : 0 à 1 an,
  • femelle adulte : à partir de 3 ans,
  • mâle adulte : à partir de 5 ans.

Appréciation de l’âge d’un animal capturé : par examen microscopique d’une prémolaire.

    Cycle de vie (alimentation, reproduction et paramètres démographiques)

    Régime alimentaire : omnivore à dominante végétivore (75 %)

    • Graminées et ombellifères, fruits charnus, fruits secs, insectes sociaux, charognes, racines-tubercules, ongulés sauvages, micromammifères, aubier, bourgeons, aiguilles, tiges, feuilles, champignons, fougèresbétail domestique.
    • Besoins alimentaires plus importants en automne (préparation à l’hibernation/gestation/lactation)
    • Périodes d’alimentation en phase crépusculaire et nocturne.

    Reproduction

    • Maturité sexuelle : 3-5 ans (mâle) / 2,5-4 ans (femelle)
    • Hibernation : de début décembre à mi-mars (un peu plus long pour les femelles gestantes)
    • Rut : mai - juin. Généralement, seuls les grands mâles dominants se reproduisent. Toutefois la fécondation d’une femelle par plusieurs mâles est possible.
    • Gestation : ovo-implantation différée. Implantation de l’œuf fécondé dans l’endomètre en novembre en fonction de l’état d’engraissement de l’ourse.
    • Naissance : janvier-février, en tanière, de 1 à 3 oursons tous les 2-3 ans.
    • Survie : entre 60 et 70 % pour les oursons de l’année.

    Longévité : 30 ans

    Comportement (mode de vie, domaine vital)

    Comportement social : solitaire

    Structure familiale : les oursons vivent avec leur mère jusqu’à l’âge de 1,5 an.

    Les mâles adultes parcourent de grandes distances à la recherche des femelles en période de rut (mai-juin).
    Les couples se forment en plein rut.

    Les observations de comportements de rut sont très rare, et encore plus les accouplements. Ces images sont précieuses. D'ici la fin 2020, des échantillons de poils et crottes seront collectés dans le secteur afin de tenter d'identifier les individus. Il faudra attendre le printemps 2021 pour savoir si des oursons seront issus de cet accouplement. (Keoni Saint-Pe et Aisha Bruendl, naturalistes et vidéastes animaliers amateurs, mai 2020, pour diffusion via le réseau Ours brun).

    Domaine vital

    L'ours brun est animal territorial. Son territoire s'étend sur de grandes surfaces : 10 000 à 20 000 ha pour les femelles, 100 000 à 300 000 ha pour les mâles. Les domaines vitaux sont constitués de :

    • sites de repos et de refuge, de larges peuplements forestiers escarpés,
    • zones d’alimentation, zones ouvertes et forestières,
    • corridors de transit permettant les déplacements.

    Sons

    L’ours vocalise très peu et les sons sont difficilement audibles. Très souvent confondus avec les cris d’alerte des cervidés qui sont au contraire très forts.

    Habitat

    L'espèce fréquente les grands massifs forestiers et les prairies de montagne.

    En savoir plus sur les principaux habitats en zone de montagne (sur oncfs.gouv.fr).

    Répartition géographique et situation de l'espèce

    Évolution de la répartition

    En France, la population d’ours brun des Pyrénées a fortement diminué jusqu’en 1995, où elle a atteint son niveau le plus faible avec 5 ours coté occidental. Elle a ensuite à nouveau augmenté progressivement suite aux renforcements de la population :

    • en Pyrénées centrales : 8 ours versant français, dont 3 en 1996-1997, 5 en 2006 et 1 ours versant espagnol en 2016,
    • et Pyrénées occidentales : 2 ours en 2018.

    En 2019, la population atteint 52 ours sur l'ensemble du massif.

    OursBrun_04_map_presence_maille2019_OFB-ROB
    Répartition de l’ours brun en France (OFB et réseau Ours brun, OFB 2019)
    OursBrun_03_Effectifs_2019
    Évolution de la population d’ours brun en France 1995-2019

    À noter : le chiffre 2019 est provisoire, en effet les ours non détectés de l'année N peuvent être détectés l'année suivante. L'effectif retenu est donc toujours calculé à l'année N+1. (Source : équipe et réseau Ours brun, OFB 2019)


    Consulter

    Menaces potentielles sur et par l'ours

    Pour l’ours brun

    • La faible taille de la population induit des risques démographiques et génétiques (consanguinité).
    • Fragmentation des habitats (infrastructures linéaires, zones industrielles) par cloisonnement des habitats de la population
    • Destruction directe par l’homme : comportements d’auto-défense et braconnage

    Induites par l’ours brun

    • Dégâts sur ruches et sur bétail domestique (principalement ovins)
    • Attaques possibles sur humain : l’ours est un animal qui par sa taille et sa force peut-être dangereux comme tout animal de grande taille (cerf, sanglier…) lorsqu’il est surpris et qu’il se sent menacé. C'est notamment le cas de femelles avec oursons, d'ours dérangés dans sa tanière, d'ours blessé ou harcelé par des chiens.

    Réglementation

    Statut juridique

    Aller plus loin

    • Publications OFB issues de l’ONCFS sur la page des grands carnivores (oncfs.gouv.fr)
    • Fiche INPN
    • Rubrique PNA Ours brun, Dreal Occitanie
    • Photos et vidéos : dans le cadre du suivi de la population, le réseau Ours brun relève chaque mois des photos et vidéos d'ours brun enregistrées automatiquement dans les Pyrénées françaises. Une sélection d’entre elles est consultable sur la chaîne Youtube de l’ex-ONCFS.

    Études et recherches à l’OFB

    Dans les Pyrénées françaises, l’ours brun fait l’objet d’un suivi de population depuis 1983 (aire de présence, effectifs, dynamique). De nombreuses investigations sur l’écologie (alimentation, habitats) et l’éthologie de l’espèce ont également été menées. Par ailleurs, des travaux sont engagés en vue d’améliorer la gestion des comportements de cette espèce en relation avec l’homme, en particulier la prédation sur le bétail domestique et les manifestations atypiques (ours à problèmes). Les aspects sociologiques liés à la présence de l’ours sont abordés dans de récents travaux (B. Piedallu, 2016)

    L’équipe Ours de l'OFB est chargée du suivi et des études sur l'ours brun dans les Pyrénées. Elle assure également l'animation et la coordination scientifique et technique du réseau Ours brun (ROB).

    La direction des Grands prédateurs terrestres et la direction régionale de l'OFB sont chargées des aspects de gestion de l'ours (constats dommages, effarouchements, ours en difficultés ou à problèmes...).

    En savoir plus sur les programmes de recherche de l'OFB.

    Bibliographie de référence complémentaire

    Piédallu B, Quenette P.Y., Mounet c., Lescureux N., Borelli-Massines M., Dubarry E., Camarra J.J. et Gimenez O. (2016). Spatial variation in public attitudes towards brown bears in the French Pyrenees. Biological Conservation 197 (2016), 90–97

    Quenette P.Y., Bombillon N., Camarra J.J.,Dubarry E. et Sentilles J. (2014). Context of brown bear-human encouters in Pyrenees, France. 23th International Conference on Bear Research and Management, Thessaloniki, Greece, 5-11 Oct. (Poster)

    Martin J, Revilla E., Quenette PY, Naves J., Allaine D. et Swenson J.E. (2012). Brown bear habitat suitability in the Pyrenees : transferability across sites and linking scales to make the most of scarce data. Journal of Applied Ecology, 49 (3), 621–631

    Chapron, C., et al., (2009). Diagnosing mechanisms of decline and planning for recovery of
    an endangered Brown Bear population. PLoS One 4 (10).

    Taberlet P., Camarra J.J., et al. (1997). Non-invasive genetic tracking of the endangered Pyrenean brown bear population. Mol. Ecol., 1997 (6), 869-876

    Camarra J.J. (1989). L’ours brun. Editions Hatier. 213 p

    Berducou C., Faliu L. et Barrat J. (1982). Le régime alimentaire de l’ours brun des Pyrénées. Bulletin mensuel de l’ O.N.C. 54,  34-45

    MNHN (2013). Expertise collective scientifique « L’ours brun dans les Pyrénées. 27 p

    Périmètre du document
    Emprise géographique
    Nationale
    Zone
    France métropolitaine
    Nouvelle Aquitaine
    Occitanie
    Langue du document
    Français
    Milieux
    Milieux boisés
    Groupes d'espèces
    Mammifères
    Domaines d'action
    Gestion des habitats et espèces
    Données et connaissances