Site français  Site anglais

Arasement de deux obstacles transversaux sur l'Arnon à Saint-Georges-sur-Arnon | Retour d'expérience

Le cloisonnement favorise l’envasement (de l’ordre du mètre par endroits) et le réchauffement des eaux. La qualité de l’eau est également dégradée par de fortes concentrations en nitrates et pesticides. Trois ouvrages constituent un frein à la continuité écologique. Ces ouvrages ont été arasés.Ce projet a radicalement modifié l’aspect de la rivière, qui présente désormais une certaine sinuosité et une alternance de faciès d’écoulement. Les suivis mis en place ont permis de montrer un certain nombre d'aspects positifs pour la reproduction des poissons. Le choix d’une valorisation paysagère (plantation de végétaux au lieu d’une végétalisation naturelle) et les aménagements complémentaires ont grandement contribué à l’attractivité du site.

 

Logo CDR Cours d'eau

Effacement partiel du seuil de Vas sur le Céans | Retour d'expérience

L’ouvrage  du  Vas  mesure  1,7  m  de  hauteur  et  a  été construit afin de prélever l’eau destinée à l’irrigation de cultures, principalement des vergers. La retenue en amont est engravée et la portion aval de l’ouvrage connaît une érosion régressive. Au  cours  de  l’été  2003,  dans  un  contexte  de  sécheresse  estivale  très  marquée,  le  service  départemental   (SD)   des   Hautes-Alpes   de   l’Onema constate que l’Association syndicale autorisée  (ASA)  du  Céans  située  au  lieu-dit  «le  Vas»,  n’est  pas  en  capacité  de  respecter  l’obligation  de  débit  réservé.  le  préfet  demande,  par  arrêté,  la  destruction  de  l’ouvrage.  La  solution  retenue  a  pour  but  de  concilier  les  enjeux  écologiques  et  les  usages  économiques  pour  l’agriculture.

 

Logo CDR Cours d'eau

Restauration de la continuité écologique sur la Créquoise et ses affluents dans le bassin de la Canche | Retour d'expérience

Sur la Créquoise, un seuil est présent tous les 740 m en moyenne et sur l’Embryenne tous les 650 m. Ces ouvrages, d’une hauteur moyenne de 0,90 m, sont difficilement franchissables voire infranchissables par les poissons, notamment par la truite de mer, le saumon, l’anguille ou la truite fario.Depuis 2005, de nombreux ouvrages sur la Créquoise ont été arasés ou aménagés en concertation avec les propriétaires. Suite aux travaux, 42 km de cours d'eau ont été restaurés.

 

Logo CDR Cours d'eau

Effacement du plan d'eau de Coupeau sur le Vicoin et réaménagement du lit mineur | Retour d'expérience

l'ouvrage fait obstacle à la continuité écologique et constitue un véritable piège à sédiments. Le plan d’eau est eutrophe. L'ouvrage est démantelé. Le site de Coupeau étant un lieu de loisirs, des aménagements  récréatifs  et  touristiques  comme  des sentiers balisés, des passerelles, des platelages (planchers bois sur pilotis) seront aménagés sur l’ensemble du site en 2010. Pour la mairie, ce projet est une réussite, le budget a été respecté. L'effacement du plan d'eau semblait la solution économiquement durable sur le plan financier car les coûts d'entretien devenaient de plus en plus fréquents et de plus en plus onéreux.

 

Logo CDR Cours d'eau

Arasement du seuil des Treize Saules sur la Quilienne | Retour d'expérience

Le seuil des Treize Saules était un ouvrage en très mauvais état, mesurant 2,10 m de hauteur.L’ouvrage n’est plus utilisé depuis plus d’une décennie.la solution d’effacement total apparait la plus efficace pour répondre aux objectifs de sécurité et de continuité écologique. Les pêches réalisées  indiquent une augmentation des densités d’individus de truite et de chabot dans l’emprise de l’ancienne retenue.Dès 2010, la fédération de pêche observe, sur la
station suivie située dans l’ancienne zone de retenue, la reproduction avérée de truite fario.

 

 

Logo CDR Cours d'eau

Arasement d'un seuil sur le Corrèze au sein de l'agglomération de Tulle | Retour d'expérience

Un seuil empêchait la progression des canoës-kayaks. Dans l’objectif de mise en valeur touristique de la Corrèze, la communauté de commune a souhaité que l’ouvrage soit partiellement effacé pour favoriser les activités nautiques. Les travaux ont été un succès pour les kayakistes qui dispose alors d’un linéaire de 18,5 kilomètres de long. L'arasement du seuil favorise les espèces migratrices qui colonisent l'amont du cours d'eau en premier. Sur le secteur étudié, la Corrèze retrouve des variations de hauteurs d'eau et un changement de la granulométrie vers un substrat plus propice à la vie aquatique.

Logo CDR Cours d'eau

Effacement du seuil du moulin du Bourg sur le Vicoin | Retour d'expérience

Le seuil du moulin du Bourg – seuil à clapets en assez mauvais état – mesure 1,4 m de hauteur et est infranchissable pour toute espèce piscicole.Les travaux ont pu se faire suite à l’accord du propriétaire, tout d’abord opposé au projet, mais finalement convaincu de l’intérêt écologique et paysager  de  l’opération  suite  à  la  visite  d’un  autre  site où des travaux du même type ont été réalisés. Le projet a permis de concilier un certain nombre d'usages. Le suivi réalisé confirme la réussite du projet.

 

Logo CDR Cours d'eau

Effacement du barrage de Kernansquillec sur le Leguer | Retour d'expérience

Le barrage, d’une hauteur de 15 mètres, créait une retenue d’eau d’environ 1,5 kilomètre de long. Malgré la présence d’un ascenseur à poissons, il était difficilement franchissable pour le saumon et constituait un obstacle infranchissable pour l’anguille. L'activité du barrage a cessé en 1965. Pour la suppression du barrage, une série de travaux a été réalisée pour progresser sans créer d'impacts. Dans l’ensemble, les résultats visibles, mais non quantifiés des différents compartiments (qualité de l’eau, état écologique…) sont très satisfaisants.

Logo CDR Cours d'eau

Suppression de l'étang de Condé-sur-Iton et restauration de zones humides | Retour d'expérience

Sur l'Iton de nombreux ouvrages infranchissables ont été recensés favorisant en plus des pressions agricoles une dégradation de la qualité de l'eau.  Par ailleurs, la succession d’ouvrages construits en amont et en aval de l’étang entraine un étagement important du cours d’eau (3,3 m sur 1,2 km de linéaires) et de nombreux dysfonctionnements du milieu : rupture de la continuité écologique, modification des habitats et peuplements aquatiques. En 2005, la mairie de Condé-sur-Iton lance une étude afin de curer et remettre en eau l’étang et ainsi lui rendre sa place historique au coeur du village.Ainsi, une restauration des habitats aquatiques tout en favorisant les usages sociorécréatifs est menée impliquant une suppression de deux ouvrages. Ce projet fait l'unanimité et est réussite.

 

Logo CDR Cours d'eau

Suppression d'un étang sur l'Erve et conservation du patrimoine historique de Sainte-Suzanne-et-Chamnès | Retour d'expérience

La commune de Sainte-Suzanne est connue pour son patrimoine historique. Plusieurs moulins et clapets induisent des blocages sur la continuité écologique du linéaire.  Le plan d'eau de la commune était envasé et les activités de pêche les dernières années n'étaient plus possibles. Une concertation aguerrie a conduit le syndicat à opter pour une restauration du Grand-Moulin en recréant une prise d’eau afin de conserver son patrimoine historique et d’utiliser le site comme vitrine et outil pédagogique. Le projet est une réussite à plusieurs niveaux : aspects visuels attractifs, continuité écologique retrouvée, les suivis montrent une amélioration de la qualité de l'eau.

 

Logo CDR Cours d'eau