cours d'eau de tête de bassin versant

Réduction de l’impact de trois étangs sur cours d’eau dans le bassin du Cousin (Côte-d’Or et Nièvre) | Retour d'expérience

Situé en Bourgogne, le Cousin est un affluent de la Cure de 12 kms de long. Il héberge la moule perlière, le chabot, l’écrevisse à pattes blanches, la lamproie de Planer et la truite commune : 54 étangs situés sur le cours d’eau principal induisent un réchauffement excessif de l’eau, perturbent le transit sédimentaire et favorisent l’arrivée d’espèces non autochtones.
 Des actions ont été engagées par le parc naturel régional du Morvan pour réduire les impacts de trois étangs sur le Cousin, au sein du site Natura 2000 : chenal de contournement, aménagement des moines hydrauliques et remplacements des buses infranchissables.
Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du life nature "Ruisseaux de têtes de bassins". Ils ont permis d’améliorer le régime thermique du Cousin nécessaire notamment au maintien de la moule perlière et d’améliorer la situation de certaines espèces de têtes de bassin, comme le chabot.

Logo CDR Cours d'eau

Effacement d’un chapelet de cinq étangs sur le ruisseau du Val des Choues (Côte-d’Or) | Retour d'expérience

Afin de restaurer les habitats et la continuité écologique du cours d’eau, l’effacement du chapelet d'étangs a été réalisé par l’Office National des Forêts dans le cadre du programme Life Nature "Ruisseaux de têtes de bassins et faune patrimoniale associée". La vidange et l’ouverture des digues ont été réalisées en deux temps courant 2006. Cette action a fait l’objet d’un suivi scientifique dès 2005 sur les peuplements mais aussi sur la morphologie du cours d’eau.

Le bilan écologique cinq ans après les travaux d’effacement est positif : retour d’une sinuosité du lit mineur, diminution des températures moyennes en aval, réinstallation et stabilisation des espèces piscicoles inféodées à ce type de milieu (lamproie, truite...), recolonisation de l’écrevisse à pieds blancs sur 3,5 km en amont de la zone restaurée...

Logo CDR Cours d'eau

Effacement partiel du seuil du moulin des templiers sur le Cousin | Retour d'expérience

Le moulin des Templiers situé sur le Cousin, partiellement franchissable par les poissons et reconverti en hôtel, était fréquemment inondé.  Intégré au programme européen « life continuité écologique, gestion de bassin versant et faunes patrimoniales associées" dont l'objectif est de préserver les populations de moules perlières, ce moulin a fait l'objet d'un effacement partiel.

Cette opération a permis au cours d’eau de retrouver un faciès d’écoulement diversifié grâce à la suppression du plan d’eau et la mise en place de blocs issus du seuil démantelé. Cette diversification a été favorable à la Truite fario dont les résultats du suivi piscicole ont révélé son retour à l’amont du seuil du Moulin des Templiers. De plus ces travaux ont permis une réduction du risque d'inondation.

La dimension patrimoniale du site a été conciliée grâce au maintien du bief et l’ancienne roue. Le nouveau site c’est, selon les visiteurs, très bien intégré dans le paysage.Le propriétaire a pu valoriser cette opération auprès des clients de son hôtel et en particulier auprès des pêcheurs.

Logo CDR Cours d'eau

Une cinquantaine d’effacements et installations de dispositifs de franchissement sur le bassin versant de l’Yzeron | Retour d'expérience

Une cinquantaine d’ouvrages ont été supprimés ou aménagés d’un dispositif de franchissement piscicole sur la rivière Yzeron, et ses affluents.

Les résultats du suivi génétique a mis en évidence des mouvements migratoires entre les sites décloisonnés notamment sur le cours principal de l’Yzeron, le ruisseau de Charbonnières, le Ratier et la Milonière. Avant travaux, les populations étaient isolées avec un taux
important de consanguinité et donc une faible diversité génétique.

Les pêcheurs qui étaient initialement réticents sur les arasements de seuils ont très rapidement été conquis par le projet au regard des résultats positifs des pêches électriques tant sur les aspects quantitatifs que qualitatifs.

Logo CDR Cours d'eau

Effacement et installation de rampes sur les seuils du centre-ville de Taninges sur le Foron | Retour d'expérience

Les effacements et installations de rampes sur les seuils, dégradés et susceptibles de nuire à la sécurité des riverains, en centre ville de Taninges ont permi d'assurer la stabilité des infrastructures à proximité et de restaurer la libre circulation des truites et la continuité sédimentaire sur le Foron. L’effacement d’un des seuils a permis de réduire localement les risques de débordement en cas de grosses crues au niveau de l’ouvrage.  Par ailleurs une autorisation a été demandée à l’architecte des bâtiments de France pour la validation du projet, un des seuils étant dans le périmètre de monument historique. 

Cette opération multi thématique aux enjeux de sécurité, d’inondation, de continuités piscicole et sédimentaire a su séduire les élus, les riverains et les différents acteurs du projet. La concertation a été réussie sans grande opposition. Cette opération s’est réalisée en respectant les attentes de chacun.

Logo CDR Cours d'eau

Installation d’une passe à bassin, d’une passe à macrorugosité et remplacement de trois turbines par un équipement icthyocompatible sur le seuil de l’abbaye de Fontgombault sur la Creuse | Retour d'expérience

L’abbaye bénédictine de Fontgombault situé sur la commune éponyme a été construite au Xième siècle.L’ouvrage hydraulique de l’abbaye de Fontgombault dans l’Indre n’était plus aux normes, et son équipement hydroélectrique était vieillissant. Cet ouvrage constituait l’un des obstacles à la continuité écologique les plus limitants de l’axe Creuse, à la remontée et à la dévalaison des poissons. les moines de l’Abbaye ont souhaité investir dans un système de production électrique modernisé avec une capacité productive supérieure à l’équipement d’origine. Deux passes ont été installés en rive droite et en rive gauche,  très fonctionnels et parfaitement adaptés aux conditions hydrauliques de la Creuse sur ce secteur. Cet exemple d’aménagement réalisé sur un site exceptionnel met en évidence des bénéfices en conciliant la restauration de la continuité écologique,la préservation du patrimoine bâti et la production d’énergie.

Logo CDR Cours d'eau

Effacement partiel du seuil en aval du moulin Rabaud | Retour d'expérience

Le site du moulin Rabaud est constitué de deux seuils. Le seuil situé à l'amont a été effacé tandis que le seuil situé à l'aval a été  effacé partiellement. Le morceau de seuil conservé permet ainsi de garder une trace du patrimoine bâti. Le fonctionnement du cours d'eau est amélioré sur ce tronçon. Sa capacité d'auto curage est renforcée et le lit décolmaté. En revanche, en période de basses eaux le franchissement reste compliqué dû à une chute d'eau "naturelle" causée par l'affleurement du socle granitique.

 

Logo CDR Cours d'eau

Suppression d'ouvrages sur la Moselotte | Retour d'expérience

La Moselotte est un affluent de la moselle. C'est un cours d'eau de montagne avec un fort potentiel écologique cependant celui-ci est impacté par de nombreux barrages qui étaient originellement liés à l'irrigation des prairies et au développement de l'hydroéléctricité. Trois seuils sans usages perturbaient le linéaire sur 6km  notamment à l'origine de zones de remous. Ces trois ouvrages dépourvus d'usages ont été supprimé. En plus des effacements, des mesures compensatoires ont été mises en place sur les berges dans l'objectif de répondre aux attentes de la trame verte. Ce projet a permis de concilier les usages locaux et les attentes de chacun avec la restauration de la continuité écologique. Un suivi scientifique minimal est mis en place dans le cadre du réseau de sites de démonstration. Des effets positifs sur la continuité piscicole ont déjà été observés.

Logo CDR Cours d'eau

La restauration de la Dhuys: l'ancien moulin de Ragrenet | Retour d'expérience

En raison du fort potentiel de zones de frayères pour les salmonidés, des travaux pour supprimer le seuil du moulin du Ragrenet qui était sans usage ont été entrepris. Les travaux se sont déroulés en deux phases. La première phase a consisté en la suppression de seuil et la seconde phase en a la restauration du site. 

Logo CDR Cours d'eau

Retour dans son talweg d'origine et restauration de la continuité écologique de la Coignardière | Retour d'expérience

Trois ouvrages sur la Coignardière constituent des blocage à la continuité écologique. L'opération choisie consiste en la remise du cours d'eau dans son talweg d'origine. Les aménagements réalisés rétablissent totalement la continuité écologique de la Coignardière sur 1 km. Ils aboutissent également, grâce à la remise en fond de talweg de son cours, à la restauration hydromorphologique d’un linéaire de près de 400 m. Le point faible de cet aménagement est la rectitude du tracé du lit dans son ancien talweg.

 

Logo CDR Cours d'eau