Site français  Site anglais

cours d'eau de plaine

Arasement du seuil du pont Paillard sur un bras secondaire de l'Aume | Retour d'expérience

Les seuils présents sur le linéaire induisent une fragmentation du cours d'eau. Le cours d’eau est envasé, encaissé et eutrophisé. Les écoulements et le substrat sont très homogènes. le syndicat a souhaité expérimenter l’enlèvement des madriers sur le seuil de pont Paillard. Afin d'éviter une érosion régressive, la structure en béton du seuil est maintenue. Les mesures topographiques réalisées en 2009 ont montré que le profil en long du lit semble stabilisé sur ce tronçon. Aucune érosion régressive n’est constatée. Cette problématique, sensible auprès des agriculteurs, n’a pas fait l’unanimité, c’est pourquoi les radiers en béton ont été conservés, permettant la réversibilité de l’opération. Le bilan s’avère finalement positif puisque le SIAC et les agriculteurs n’ont constaté aucune modification du rendement des cultures à proximité de la zone d’influence de l’ancienne retenue.

 

Logo CDR Cours d'eau

Effacement du seuil du Moulin d'Hatrize sur l'Orne | Retour d'expérience

Le site n’ayant plus d’usage économique et n’étant plus entretenu, l’ouvrage et le déversoir se sont détériorés au fil du temps posant un problème de sécurité. La présence de ce seuil, haut de 2 m et dont l’influence était ressentie sur 5 km à l’amont, contribuait à la détérioration de la qualité du milieu. Après plusieurs années de discussions, la solution d’effacement total a finalement été retenue. Le projet regroupe de nombreux bénéfices écologiques. Les riverains sont également satisfaits du projet.

 

Logo CDR Cours d'eau

Effacement partiel de conq seuils sur le ruisseau du Bagas | Retour d'expérience

Les seuils successifs de Guillen, Piquet, Gaubert,Gaston, Faguet – mesurant entre 0,6 et 2 m de hauteur  –  sont  situés  près  de  la  confluence  du  Bagas avec l’Agout et entraîne la création de retenus. La solution d'arasement des seuils a été retenu. L'arasement des cinq seuils a permis une reconnection de l'aval du Bagas avec l'Agout sur 1,5 km de linéaire de cours d'eau. Le retour d'une diversité de faciès est constaté avec l'apparition de mouilles et radiers.

Logo CDR Cours d'eau

Arasement de deux obstacles transversaux sur l'Arnon à Saint-Georges-sur-Arnon | Retour d'expérience

Le cloisonnement favorise l’envasement (de l’ordre du mètre par endroits) et le réchauffement des eaux. La qualité de l’eau est également dégradée par de fortes concentrations en nitrates et pesticides. Trois ouvrages constituent un frein à la continuité écologique. Ces ouvrages ont été arasés.Ce projet a radicalement modifié l’aspect de la rivière, qui présente désormais une certaine sinuosité et une alternance de faciès d’écoulement. Les suivis mis en place ont permis de montrer un certain nombre d'aspects positifs pour la reproduction des poissons. Le choix d’une valorisation paysagère (plantation de végétaux au lieu d’une végétalisation naturelle) et les aménagements complémentaires ont grandement contribué à l’attractivité du site.

 

Logo CDR Cours d'eau

Suppression de l'étang de Condé-sur-Iton et restauration de zones humides | Retour d'expérience

Sur l'Iton de nombreux ouvrages infranchissables ont été recensés favorisant en plus des pressions agricoles une dégradation de la qualité de l'eau.  Par ailleurs, la succession d’ouvrages construits en amont et en aval de l’étang entraine un étagement important du cours d’eau (3,3 m sur 1,2 km de linéaires) et de nombreux dysfonctionnements du milieu : rupture de la continuité écologique, modification des habitats et peuplements aquatiques. En 2005, la mairie de Condé-sur-Iton lance une étude afin de curer et remettre en eau l’étang et ainsi lui rendre sa place historique au coeur du village.Ainsi, une restauration des habitats aquatiques tout en favorisant les usages sociorécréatifs est menée impliquant une suppression de deux ouvrages. Ce projet fait l'unanimité et est réussite.

 

Logo CDR Cours d'eau

Abaissement du déversoir du moulin du Houël sur le Leff | Retour d'expérience

Le Leff est un petit fleuve côtier de Bretagne sur lequel se déroule un certain nombre d’activités nautiques, dont le canoë-kayak. Sur cette rivière, l’ouvrage du moulin du Houël était à l’abandon et gênait la migration des poissons. Ainsi, des travaux ont été entrepris. La hauteur du seuil a été abaissée de plus d’un mètre sur la moitié de sa longueur. Les pierres issues de cette suppression ont été réutilisées pour diversifier les écoulements et créer des zones de rapides pour l’activité de canoë-kayak. Les kayakistes ont révélé être très satisfaits de ces aménagements qui ont facilité l’activité et favorisé des zones de rapides pour la pratique.

 

Logo CDR Cours d'eau

Démantèlement de neuf ouvrages sur le cours de l'Aa | Retour d'expérience

Le décloisonnement de l'Aa représente un enjeu important pour le rétablissement de la libre circulation des espèces piscicoles notamment pour l'anguille, la truite de mer, la truite fario et la lamproie fluviatile. Les ouvrages sur le secteur représentaient un risque d'aggravation des inondations en cas de crue même lorsque les vannes étaient maintenus ouvertes. De plus, la plupart des ouvrages présentaient un état de vétusté important générant un risque pour la sécurité des biens et des personnes. Ainsi, des travaux ont pu être réalisés sur neuf ouvrages sans usages dont huit démantèlements.  L'objectif de pérennisation de la situation existante en termes de continuité écologique a été atteint. Cette opération a également permis de réduire le risque d'inondation.

Logo CDR Cours d'eau