Site français  Site anglais

Partons sur le Vieux-Rhône à Cornas - 9 avril 2015

Données du document
Date de début
Date de fin
Structure(s) porteuse(s)
Compagnie nationale du Rhône (CNR)
Contact(s)
William Brasier et Marc Zylberblat (w.brasier @ cnr.tm.fr - m.zylberblat @ cnr.tm.fr)
Télécharger
Fichier image
Périmètre du document
Emprise géographique
Bassin hydrographique
Pays
France
Régions
Auvergne - Rhône-Alpes
Bassin versant
Rhône-Méditerranée
Milieux
Milieux aquatiques continentaux
Domaines d'action
Gestion des habitats et espèces
Activités
Transport et infrastructure
Présentation
Contexte

Les Jeudis se poursuivent avec à présent un nouveau volet, qui porte sur des exemples d’actions d’amélioration de la continuité latérale sur les voies navigables, cours d’eau et canaux français. Chaque quinzaine, vous pourrez découvrir une sélection d’opérations récentes entreprises par une diversité de maitres d’ouvrages. Ces exemples ont été réunis par l’Onema, Voies navigables de France, Compagnie national du Rhône et les agences de l’eau dans un recueil d’expérience sur l’hydromorphologie.

Réactivation de la dynamique fluviale sur le Vieux-Rhône non navigué à Cornas, Roubion et Petite Île (Ardèche)

Au fil des siècles le Rhône a été aménagé presque sur tout son cours avec de nombreux travaux hydrauliques de rectification, d’endiguement et de construction d’ouvrages transversaux. Notamment, des aménagements pour la navigation sont construit au 19ème et 20ème siècle sur le « vieux Rhone » constitués d’épis dits « Girardon » ou digues basses. Suite à la création d’un canal latéral au début de la seconde moitié du 20ème siècle, l’abandon de la navigation sur l’ancien tracé du lit du Rhône, a été abandonné, ce qui a poussé la Compagnie nationale du Rhône à lancer des actions d’amélioration du fonctionnement du cours d’eau.

Dans le cadre du plan Rhône, elle a décidé d’agir sur les secteurs de Cornas, Roubion et Petite Ile, dans le but de redynamiser et rediversifier les habitats désignés en ZNIEFF, en démontant les anciens aménagements à l’origine de la déconnexion latérale. Les travaux ont consisté essentiellement à ouvrir des brèches dans les digues, démanteler certains épis et abaisser les digues et les bouchons de sédiment.

Un suivi écologique prévu sur cinq ans montre déjà des évolutions positives : formation de mare, érosion locale de talus, reprise des matériaux régalés sur les bancs par le fleuve. Les suivis piscicoles sur les trois mares du secteur de Cornas ont montré un moindre isolement des mares et l’échappement plus facile des poissons. Des premières observations de reproduction d’amphibiens et de présence d’espèces d’odonates sur les trois sites vont être complétées par un suivi écologique prévu jusqu’en 2016.

Suite à la réalisation de ces interventions innovantes, la Compagnie nationale du Rhône envisage de conduire d’autres opérations du même type sur le Vieux-Rhône non navigué.


Ancienne digue Girardon présente sur le Rhône où s’accumulent les débris de crue, avant ouverture - septembre 2011 (photo : Compagnie nationale du Rhône). Connexion des casiers de Cornas en période de crue - décembre 2012 (photo : Juan Robert). Ouverture de la digue Girardon sur le site de Cornas - octobre 2011 (photo : Juan Robert). Le site de Petite Île à l’état de friche, avant travaux - octobre 2011 (photo : Compagnie nationale du Rhône).


Objectifs
Favoriser l’auto-curage et la remobilisation naturelle des sédiments jusqu’à retrouver, si possible, le niveau primitif des galets des marges fluviales et la reprise de la dynamique latérale
Diversifier les habitats pour les espèces présentes
Suppression des contraintes latérales
Assurer la connexion latérale entre le lit mineur et les annexes hydrauliques
Disposer d’un retour d’expériences pour de futures opérations
Description technique

 Les travaux et aménagements
Chaque site a fait l’objet de travaux adaptés à la configuration et aux potentiels de réactivation.
Les travaux réalisés sur les trois sites dans le cadre de cette expérience de réactivation ont consisté à :

  • dessoucher et déboiser les arbres présents sur l’emprise des terrassement ;
  • ouvrir les brèches dans les digues longitudinales en enrochement et démanteler certains épis transversaux. Il s’agit d’une étape clef dans le processus. Elle consiste à modifier localement les ouvrages Girardon de manière significative : abaissement des digues de 30 à 70% de leur hauteur sur un linéaire compris entre 20 et 100m selon les brèches ;
  • abaisser localement les bouchons de sédiment pour amorcer une ouverture au niveau du talweg ;
  • réaliser ou renforcer des «points durs» afin d’augmenter les perturbations hydrauliques à l’intérieur du site ;
  • réactivier le réseau d’annexes fluviales types mares déjà existant à travers la dynamique du fleuve sur le site de Cornas.

En termes de volumes, les travaux ont représenté 42 000m3 de matériaux enlevés pour l’ensemble des
trois sites. Plus précisément :

  • site de Roubion (vieux Rhône de Montélimar): 5 000m3 d’enrochements et 12 500m3 de matériaux fins (limons, sables) ;
  • site de Cornas : 1 600m3 d’enrochements et 5 900m3 de matériaux fins (matrice gravelo-limoneuse) ;
  • site de Petite Île : 1 100m3 d’enrochements et 15 900m3 de matériaux fins (limons, sables).

 Les matériaux fins ont été localement régalés sur des bancs de galets afin d’être repris pas le fleuve.

Procédures réglementaires
Dossier d’autorisation au titre de la loi sur l’eau :
3.1.2.0 : Modification du profil en long en travers du lit mineur d’un cours d’eau
3.2.1.0 : Entretien de cours d’eau ou de canaux
Coût
Coût - Etudes préalables
105 000 euros
Coût - Travaux et aménagement
249 000 euros
Coût des études de suivi
275 000 euros
Coût total de l'opération
629 000 euros
Suivi, bilan et valorisation
Suivis
Un état écologique sommaire a été réalisé avant les travaux. Un suivi écologique complet après travaux est réalisé dans le cadre de l’arrêté d’autorisation des travaux (végétation, avifaune, amphibien, odonate, poisson).
L’année 2012, soit un an après les travaux, constitue l’état de référence.
Après les travaux, la Compagnie nationale du Rhône a effectué, en septembre 2012, un suivi sur le compartiment piscicole au niveau des trois mares de Cornas. Ce suivi est prévu jusqu’en 2016.
Les oiseaux, odonates, amphibiens ainsi que la végétation terrestre et aquatique sont suivis par un bureau d’étude. Ces suivis annuels portent également sur la période 2012-2016.
Bilan et perspectives
Les fréquences de connexion ont été modifiées pour Cornas et Petite Ile, avec une connexion annuelle et pour le Roubion supérieure une connexion lors de crue bi-annuelle
Valorisation

La  Compagnie nationale du Rhône a mis en place un panneau pédagogique sur le site des casiers de Cornas pour expliquer les objectifs et les intérêts des travaux ainsi que l’évolution du tracé et de la morphologie du fleuve.