Site français  Site anglais

Plan Écophyto, réduire et améliorer l'utilisation des produits phytosanitaires

Le plan Écophyto fait partie du projet agoécologique pour la France et vise à réduire progressivement l’usage des pesticides en France de 50% d’ici à 2025 et l'arrêt du glyphosate d'ici 2022.
Agriculteurs, collectivités locales, professionnels liés aux espaces végétalisés et particuliers sont ainsi mobilisés pour changer leur pratiques en zone agricole et non agricole.

Sommaire > Plan Écophyto / Ressources et sites de référence

Le plan Écophyto, un défi

Le principal défi est de diminuer le recours aux produits phytosanitaires, tout en continuant à assurer un niveau de production agricole élevé en quantité et en qualité : la France doit produire mieux en réduisant la dépendance des exploitations aux produits de protection des plantes.

Lancé en 2009 à la suite du Grenelle de l’Environnement, le plan a évolué en Écophyto II en 2016, les objectifs fixés n'étant pas atteints, puis en Écophyto II+ en 2018.  Le plan Écophyto II+ intègre au précédent le plan de sortie du glyphosate et réaffirme l'objectif de réduction de 50% du recours aux produits phytopharmaceutiques sous 10 ans, avec une trajectoire en 2 temps :

  • horizon 2020 : réduction de 25% par la généralisation et l’optimisation des techniques actuellement disponibles,
  • horizon 2025 : réduction de 50% qui reposera sur des mutations profondes des systèmes de production et des filières.

Tous les acteurs sont concernés : liés à l'agriculture avec les exploitants et distributeurs, et aux jardins, espaces végétalisés et infrastructures (dits Jevi) avec les professionnels, collectivités et particuliers, ainsi que les conseillers et opérateurs publics ou privés les accompagnant.

Un éventail d'outils pour accompagner l'évolution des pratiques

Formation et information sur les pratiques :

  • formation des agriculteurs, de leurs conseillers et des distributeurs à une utilisation responsable des pesticides : le certiphyto (certificat individuel produits phytopharmaceutiques) et les CEPP (contrats d'économie de produits phytopharmaceutiques, obligatoires pour les distributeurs),
  • évolution de l'enseignement agricole et notamment le projet Educ'Ecophyto Ter,
  • plateformes internet à destination des différents publics (voir sites ci-dessous), promotion du biocontrôle et des préparations naturelles peu préoccupantes,
  • appel à projets et campagne de communication annuels, et notamment soutien à la semaine des alternatives aux pesticides et au prix Terre saine destiné au collectivités.

Partage, expérimentation et recherche :

  • création d’un vaste réseau de fermes pilotes pour mutualiser les bonnes pratiques et le transfert d'innovation afin d'accompagner les fermes dans la transition vers l'agroécologie, animé par les chambres régionales d'agriculture : le réseau Dephy compte plus de 3000 exploitations,
  • ciblage des actions de recherche appliquée et de transfert de l’innovation.

Au quotidien :

  • épidémiosurveillance : diffusion hebdomadaire de bulletins de santé du végétal dans chaque région, informant les producteurs sur le niveau de risque sanitaire spécifique à chaque culture ou filière, ainsi que dans certaines régions de bulletins dédiés aux jardins, espaces végétalisés et infrastructures (Jevi),
  • contrôle : renforcement du programme sur la loi Labbé, et contrôles ciblé des pulvérisateurs utilisés pour l’application des produits phytosanitaires,
  • restructuration de filière : séparation des activités de conseil et de vente de produits phytosanitaires, renforcement des connexions entre l'aval des filières jusqu'à la distribution et les membres du réseau Dephy, soutien des dynamiques collectives et notamment autour du partage des informations et améliorations.

Spécificités en Outre-mer :

  • recherche appliquée en termes de lutte contre les maladies et ravageurs dans les systèmes tropicaux, en réponse à l'absence de solutions (usages orphelins),
  • transfert des connaissances depuis la recherche jusqu'aux agriculteurs : réseau d’innovation technique et de transfert agricole (Rita),
  • plan Chlordécone 3 sur la gestion des contaminations et des risques associés, touchant les pêcheurs, les éleveurs, les agriculteurs et les habitants, toute personne cultivant ou vivant en zone contaminée. Il s'agit entre autres d'outils de pharmacocinétique, de recherche, sensibilisation, soutien et accompagnement aux populations et aux secteurs économiques impactées, de mise à disposition de cartographies détaillées et départementales des zones contaminées ou potentiellement à risque.
    Aller plus loin : www.chlordecone-infos.fr et Plan d’action contre la pollution par la chlordécone en Guadeloupe et en Martinique - Synthèse et état d'avancement 2014-2018 Perspectives 2019-2020

Rôle de l'Office français de la biodiversité (OFB) dans le plan Écophyto

Le rôle initial de l’Onema, puis de l'AFB a longtemps été limité à la gestion administrative et financière du programme Écophyto. Depuis la création de l’AFB en 2017 et maintenant de l'OFB en 2020, des réflexions avec la tutelle ont permis d’améliorer le positionnement de l'établissement dans la gouvernance opérationnelle de ce programme.
Ainsi, l’OFB assure la gestion administrative et financière de l’appel à projet national et la bonne exécution de la maquette. Il participe à la création du comité scientifique et technique (CST) et participe au comité scientifique d'orientation de recherche et innovation (CSO-RI).

Aller plus loin et actualités

Ressources

Sites internet de référence

Écophyto Pic, le portail de la protection intégrée des cultures (MAA)

EcophytoPic réunit les références et connaissances disponibles sur la protection intégrée des cultures (PIC) pour sensibiliser les professionnels du secteur agricole et encourager l'évolution de leurs pratiques vers une réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.
À lire aussi > Protection intégrée des cultures, principes, définitions et contexte réglementaire (MAA)

Écophyto Pro, la référence des gestionnaires d'espaces verts

L’objet de ce site Internet est de réunir références et connaissances pour sensibiliser les professionnels, particuliers et collectivités sur les jardins, espaces végétalisés et infrastructures (Jevi), leur permettre de faire évoluer leurs pratiques vers une réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, et de respecter la loi Labbé de 2017. Ce site répond à l’axe 4 du plan : " Supprimer l'utilisation de produits phytopharmaceutiques partout où cela est possible dans les jardins, les espaces végétalisés et les infrastructures ".

Jardiner autrement, le site de référence pour jardiner sans pesticide

A destination des jardiniers amateurs, le site fait le point sur les techniques alternatives efficaces permettant de réussir un jardin plus respectueux de la nature. Il est porté par la SNHF avec le soutien du ministère du Développement Durable et de l’OFB dans le cadre du plan Ecophyto II+.

Sortir du glyphosate

Ce site est un centre de ressources à disposition des agriculteurs et acteurs du monde agricole, il présente la démarche et regroupe des études et autres éléments disponibles.

Sur le même sujet > Usages et alternatives au glyphosate dans l'agriculture française (Inrae)

PepsTransition du modèle agricole : Peps facilite les retours d’expérience entre agriculteurs

La plateforme numérique Peps propose aux agriculteurs de partager leurs expériences, petits essais ou grands changements. L’objectif est que chacun puisse y trouver des idées pratiques pour faire évoluer son exploitation et s’adapter au nouveau contexte agricole.

En savoir plus sur Peps

Trouver des nouvelles idées pour ses cultures, tester de nouvelles méthodes de semi ou de protection, les agriculteurs le font depuis toujours. Peps cherche à les y aider en leur proposant des idées concrètes, déjà mises en œuvre par leurs pairs : il ne faut pas oublier que les agriculteurs sont des entrepreneurs, il faut des solutions pratiques !” explique Benjamin Doberset, chargé de déploiement pour Peps.

Peps vient comme un soutien dans la réflexion de l’agriculteur et, pour que chacun puisse trouver des idées qui lui correspondent, Peps montre une grande variété de situation et de pratiques : culture, protection mais aussi méthanisation, vente directe. “ Peps reprend la tradition d’échange du monde agricole et utilise les opportunités du numérique pour la faire passer à une autre échelle. Tous les agriculteurs sont invités à venir y partager leurs pratiques et leurs astuces !”

Peps, en quelques mots :

  • concret : des essais menés par des agriculteurs,
  • proche : les essais autour de chez vous ou correspondant à vos problématiques actuelles,
  • simple : des fiches synthétiques écrites avec les agriculteurs.

Pour visiter Peps :

Le projet recherche en permanence des retours utilisateurs pour évoluer. Si vous avez une question ou une idée, n’hésitez pas à contacter : peps @ beta.gouv.fr  

Peps est un service gratuit porté par le ministère de l'Agriculture et l'alimentation et le ministère de la Transition écologique et solidaire dans le cadre du plan Écophyto II+.

Ressources disponibles sur ce site

Ma commune sans pesticide - La guide des solutions zéro pesticide | Guide | mai 2018

Nombre de collectivités territoriales se mobilisent depuis plusieurs années pour réduire l’usage des pesticides sur leurs espaces. Ainsi, sur le terrain, de très nombreuses initiatives montrent que la gestion des espaces publics sans pesticide est possible à coût constant.
Ce guide, dont c’est la réédition, présente à la fois des initiatives locales particulièrement réussies et fait le point sur la réglementation applicable dans les espaces publics.

GuideSolutionsZeroPhyto_Reedition2018_couv

Appel à projets national Ecophyto : lancement 2020 - 2021 | Projet

Dans le cadre du plan Ecophyto II+, des appels à projets nationaux sont lancés chaque année pour soutenir des projets en faveur de la réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, et de la limitation des risques et des impacts qui y sont liés.

Logo-ecophyto

Pollutions chimiques | Page éditoriale

Réduire les pollutions chimiques et leurs conséquences nécessite une connaissance fine des polluants chimiques, de leur nature, leurs particularités et les mécanismes qui entrent en jeu, ainsi que de d'outils à la fois techniques et réglementaires afin de pouvoir agir.

Qualité de l'eau, des milieux aquatiques et marins | Rubrique

Mise à disposition de méthodes de surveillance et d'évaluation validées (en particulier pour la mise en oeuvre de la DCE ou de la DCSMM, et des politiques de l'eau en général), productions sur la biologie des milieux aquatiques continentaux et marins, sur les pressions qui s'y exercent, telles les pollutions chimiques et sur leur gestion, par exemples via l'amélioration de l’assainissement – collectif et non collectif, ou les changement de pratiques et d'usages affectant l'environnement.

Vignette