Site français  Site anglais

Mettre en place une zone tampon

L’implantation d’une zone tampon et plus généralement l’aménagement d’un bassin versant dans un but de protection des ressources en eaux vis-à-vis des pollutions diffuses requiert de réaliser un certain nombre d’études préalables et de diagnostics. Selon l’objectif recherché, ces études visent à déterminer où et comment positionner au mieux les différents dispositifs pour garantir leur efficacité.

Une démarche en plusieurs étapes

  1. Un diagnostic hydrologique des écoulements et transferts de contaminants à l’échelle du bassin  versant (ou d’une aire d’alimentation de captage) de manière à comprendre le fonctionnement hydrique des versants et identifier puis hiérarchiser les zones les plus vulnérables (c'est-à-dire déterminer là où il sera nécessaire d’intervenir en priorité).
  2. Un état des lieux de l’existant de manière à identifier les zones tampons déjà en place, déterminer leur degré d’efficacité, les causes de leur dysfonctionnement et les solutions correctives puis identifier les manques et les opportunités offertes par le territoire pour l’aménagement de dispositifs complémentaires afin d'aboutir aux préconisations.
  3. L’implantation proprement dite, en respectant les règles de conception propres à chaque type de dispositif.

Boîte à outils zones tampons : grandes étapes de la démarche et ressources

À chaque étape correspond un ensemble de ressources destinées aux porteurs de projet (et leurs prestataires) souhaitant mobiliser les zones tampons sur leur territoire.

Le document ci-contre référence les guides méthodologiques par étapes.

Diagnostics et études préalables

La réalisation de diagnostics préalables est un pré-requis indispensable dans un projet d’intégration de zones tampons au sein d’un bassin versant. Il s’agit de dimensionner au mieux le projet pour limiter son coût tout en garantissant une bonne efficacité vis-à-vis de l’objectif de protection des eaux.

Ces diagnostics visent en premier lieu à caractériser le fonctionnement hydrique du bassin versant (ou de l’AAC), c’est-à-dire déterminer et spatialiser quelles sont les voies préférentielles de transfert de contaminant et les sources de contamination (les pressions exercées) pour finalement identifier les zones les plus vulnérables.

A l’issue de cette première étape, un certain nombre de solutions préventives ou correctives peuvent être proposées : changements de pratiques agricoles (au sens large) et/ou implantation de zones tampons. Si la seconde option est retenue, un diagnostic plus fin sur les secteurs identifiés comme vulnérables est alors nécessaire pour déterminer s’il existe ou non des dispositifs tampons déjà en place, s’ils sont suffisamment efficaces et bien positionnés, les causes de leur(s) éventuel(s) dysfonctionnement(s) et quelles seraient les solutions complémentaires pour parvenir à une protection optimale de la ressource en eau (type de zone tampon, positionnement et conception).

Finalement, l’implantation proprement dite pourra elle-aussi nécessiter un diagnostic spécifique. Il sera cette fois mené à l’échelle du versant intercepté et devra permettre de quantifier suffisamment précisément les flux d’eau pour permettre de dimensionner au mieux le dispositif.

Diagnostics des transferts de contaminants à l'échelle du bassin versant | Page éditoriale

Cette étape de diagnostic est généralement réalisée bien en amont de la phase d’implantation de zones tampons et ne lui est pas nécessairement spécifique. Elle consiste à évaluer, à l’échelle d’un bassin versant (ou d’une aire d’alimentation de captage), quels sont les modes de transferts de contaminants en présence, ainsi que leur importance relative à l’échelle de chaque unité géographique (parcelle ou maille).

Diagnostic des zones tampons en place et préconisations | Page éditoriale

Sur les secteurs identifiés comme les plus vulnérables et pour lesquels le recours aux zones tampons constitue une solution pertinente (secteurs où les transferts superficiels prédominent), une seconde étape de diagnostic est nécessaire pour faire l’état des lieux des dispositifs tampons déjà existants ou des éléments du paysage pouvant jouer ce rôle.

Conception et implantation

Conception et implantation d'une zone tampon | Page éditoriale

À partir des préconisations issues du diagnostic, lorsque le type et la localisation des zones tampons ont été définis à l’échelle du bassin versant, la phase d’implantation des dispositifs tampons requiert de connaître les règles de conception et de dimensionnement qui permettront de parvenir à une efficacité satisfaisante.

Ressources complémentaires

Guide d'aide à l'implantation des zones tampons pour l'atténuation des transferts de contaminants d'origine agricole | Guides et protocoles | août 2017

Les zones tampons sont destinées à limiter les transferts de substances d'origine agricole vers les milieux aquatiques. Ce guide est une synthèse des connaissances disponibles. Il se présente comme une grille de lecture visant à éclairer la prise de décision pour l’implantation des zones tampons.

GP2017_ZonesTampons_couv

Il rappelle les connaissances de base en matière de transferts de contaminants agricoles et de fonctionnement des zones tampons puis synthétise l'essentiel des références d'efficacité connues (au moins sur le territoire national) et renvoie à la documentation associée. Il est donc vivement conseillé de consulter ce guide en préalable à toute démarche d'aménagement de zones tampons.

Fiches didactiques de synthèse

Ce jeu de fiches rappelle de manière synthétique les principaux points clés de la démarche, tant sur les aspects techniques que pratiques. Il s’agit avant tout d’aides mémoire et de supports de communication destinés aux porteurs de projet et animateurs qui souhaiteraient mieux comprendre (ou faire comprendre) les clés d’une démarche d’aménagement de zones tampons réussie.

  • Fiche n°1 : La démarche de protection des ressources en eau par les zones tampons : généralités
  • Fiche n°2 : Connaître et identifier les transferts de contaminants
  • Fiche n°3 : La maîtrise des transferts superficiels de contaminant : complémentarité des solutions agronomiques et des zones tampons
  • Fiche n°4 : Le diagnostic de terrain préalable à l’implantation de zones tampons
  • Fiche n°5 : L’intégration des zones tampons dans le bassin versant : où les positionner pour protéger efficacement les ressources en eau ?
  • Fiche n°6 : Les dispositifs enherbés
  • Fiche n°7 : Les dispositifs ligneux
  • Fiche n°8 : Les dispositifs de type plan d’eau
  • Fiche n°9 : Les dispositifs de type fossé